Principauté d'Antioche - Le Labo Audio de Montesquieu

Cavallers
Cortsavi
Tel : 06 50 91 17 21
Aller au contenu
Ingvar chef viking
Ingvar grand voyageur

Fin des années 1030 une expédition menée par Ingvar, un jeune chef viking suédois vars la Russie.

Celui-ci a poursuivi sa route vers me sud jusqu’à la mer Noire, puis la mer caspienne où i a succombé avec la plupart de ses hommes.

Histoire retracée au XIII e siècle, en version latine par le moine islandais Oddr Sonrrason.

Des pierres runiques dites d’Ingvar, mentionnent le nom de ce grand explorateur, ainsi que de vingt autres qui ne se retrouvent dans la saga islandaise

Ingvar dit Ikuari
Présenté comme un héros évangélisateur, il interdit à ses hommes de se mélanger aux infidèles rencontrés en chemin

L’archéologue Mats G. Larsson, grâce à une chronique géorgienne, Kartlis tskhovreba, qui mentionne la participation de sept cents varègues à la bataille de Sariseti , en déduit qu’Ingvar s’est rendu dans le Caucase , il aurait monnayé et prêté main forte au roi Bagrat IV de Géorgie, pour lutter contre le duc Liparit IV

La pierre runique de Mâby, évoque le voyage guerrier au loin pour chercher de l’or, en recherche d’une mystérieuse rivière, il arriva en Russie où il fut accueillit par le roi Jarisleifr, il y séjourna trois hivers  où il apprit de multiples langages. Il apprit que 3 rivières parcouraient l’Est de la Russie, la plus grande était celle coulant au milieu, il entreprit d’en chercher la source sans jamais la trouver.

Ingvar est mort en l’an 1041 suite à une épidémie qui s’est répandue parmi la troupe, fièvre exotique ou dysenterie. Information de son décès reporté dans les annales islandaises (Kanungsannall et Lögmannsannall)

Principauté d'Antioche
A partir de l’an 1080 Robert Guiscard se lança à la conquête de Constantinople, aidé de son fils Bohémond

Après avoir quitté Otrante en mai 1081, traversé l’Adriatique, Guiscard débarqua avec ses troupes à Alvona , où l’attendait Bohémond envoyé en avant-garde

Après avoir pris Corfou, les normands remontent par terre et mer jusqu’à Durrazo, point de départ stratégique de la via Egnatia romaine, menant jusqu’à Thessalonique et de là à Constantinople.

Le siège de Durrazo commença, le jeune empereur byzantin Alexis Ier Comnène ne pouvant résister, il s’enfuit dans la montagne, la cité tomba  les mains de Robert Guiscard le 8 octobre 1081.

Les normands continuent leur progression vers Constantinople, sur leur chemin les villes les mieux défendues se rendent, rien se semble les arrêter sauf un appel désespéré du pape Grégoire VII , assiégé dans sa forteresse du Château Saint-Ange à Rome par son pie ennemi, l’empereur germanique Henri IV.

Les normands ayant fait alliance avec le clergé, lui promettant tout aide militaire en cas de conflit.

Robert Guiscard renonçe à la conquête de Constantinople pour venir libérer le Pape, combattre une énième révolte des barons de Pouille.

Il laisse le commandement de son armée à Bohémond, qui malgré ses capacités militaires ne peut progresser, il cède du terrain face à l’ennemi

Robert Guiscard ayant délivré le Pape et mâté la rébellion, revient sur le terrain du conflit byzantin, approchant les 70 ans il s’offre une belle victoire contre la flotte vénitienne, reprend Corfou.
Mais la mort vient le cueillir le 17 juillet 1084, quelques jours après la contamination par un virulent microbe.

Après sa mort, l’armée est prise de panique, pourtant la conquête de Constantinople était presque achevée.

13 ans après, Bohémond s’engage en 1096, dans la première croisade prêchée par Urbain II en 1095
Fort de quatre armées il part délivrer Jérusalem, lors de son passage par Constantinople, il rencontre l’ancien ennemi Alexis Ier, avec lequel il signe un pacte secret.

Sur la route de la Terre Sainte il contribue à la prise d’Antioche occupée par les Turcs, au lieu de la rendre à Alexis, Bohémond se l’attribue personnellement, ce que les byzantins ne lui pardonneront pas.

Malgré tous ses efforts, il ne pourra achever cette quête commencé par son père

Bohémond meurt en l’an 1111 dans la région des Pouilles en Italie
Pierre de Mâby
La quête est reprise en 1184 par Guillaume II roi de Sicile, descendant de Roger, le plus jeune frère de Robert Guiscard.

Repris aussi par Manfred, roi de Sicile, fils et héritier de Frédéric II de Hohenstaufen.

Puis en 1280-1282 par Charles Ier d’Anjou, frère de Saint-Louis , roi de Sicile, d’Albanie et de Jérusalem, héritier des normands

CAVALLERS CORTSAVI

5 rue du Fiscorn
66740 Montesquieu des Albères
Tel : 06 50 91 17 21
Retourner au contenu